Témoignages

Depuis le début de l’aventure, l’association Au-Delà Les Rizières a accueilli de nombreux bénévoles. Ils témoignent pour vous raconter leur expérience.

Clémence, bénévole en février 2020

« J’ai eu la chance d’apporter mon aide à l’association Au-Delà Les Rizières pendant 2 mois, sans nul doute les 2 mois les plus enrichissants que j’ai pu vivre jusqu’à aujourd’hui. Par où commencer ? Par le lieu juste magique où se trouve le centre socio-éducatif par exemple. Non loin de la ville de Kep, le village d’Okrassar est si paisible et apaisant. Chaque jour je m’émerveillais devant ses paysages changeant au fil des saisons. C’était un véritable plaisir de prendre son scooter tous les après-midis pour emprunter la route en terre battue qui passait devant le lac, les palmiers, les montagnes et les maisons sur pilotis sans oublier les rizières. Si vous avez l’occasion d’être volontaire, profitez-en encore et encore. Mais le clou du spectacle reste tout de même le coucher du soleil avant de terminer les cours… le ciel se teinte de nombreuses couleurs quand le soleil disparaît au-delà les rizières . Mais surtout quel bonheur de se rendre quotidiennement à 14h pour accueillir les enfants, qui étaient d’ailleurs toujours là avant nous avec leurs « Hello teacher how are you ? » à vous faire craquer ; de prendre le temps de jouer avec eux et de remarquer à quel point ils sont futés, créatifs (et tricheurs ahah) et de voir qu’ils acquièrent de nouvelles connaissances au fil du temps grâce à ce qu’ils apprennent au centre. Ils sont tous tellement attachants, ils vous comblent d’affection et sont toujours pleins de vie, ils s’émerveillent devant le moindre nouveau jeu, etc. C’est aussi hallucinant de voir à quel point ils sont demandeurs au niveau de l’apprentissage, en bricolage, en dessin ou bien en mots de vocabulaire anglais ou même français pour nos plus veilles élèves. Mon expérience au sein de l’association a bouleversé ma vie et ma vision des choses. Il n’y a pas une semaine sans que je repense à mon séjour à Kep. Je n’oublierai jamais tous les sourires, les rires, les câlins, les moments de complicité que j’ai pu partager et recevoir des enfants. Je pourrais en parler pendant des heures. Toutes ces bouilles d’ange me manquent et j’espère pouvoir un jour retourner à O krassar. Ce serait beaucoup trop long de détailler tout ce que j’ai vécu et tout ce que cette expérience m’a apporté, mais cela a largement dépassé ce à quoi je m’attendais avant de partir. Je dirais simplement que dans un pays comme le Cambodge qui a connu une tragique histoire, on apprend à faire la part des choses et on modifie notre manière de penser. Le challenge est ensuite de garder cette philosophie afin de ne pas se laisser aspirer par les « facilités » de la vie quotidienne en France. Je remercie du fond du cœur Célia et Laurie ainsi que les autres volontaires qui ont croisé ma route pour tout ce qu’ils m’ont appris et pour tous ces beaux moments. Et je vous recommande à 2000% de vivre cette expérience unique pleine de partage et d’amour. »

Alexandra,
bénévole en février 2020

« En rencontrant Laurie et Célia, les chefs de projet d’Au-Delà Les Rizières, j’ai fait la connaissance de deux jeunes femmes courageuses, brillantes et passionnées par leur mission. J’ai pris beaucoup de plaisir à participer à l’animation du centre et vivre le quotidien des enfants pendant un mois. Ils incarnent la joie de vivre : ils n’ont pas oublié de s’émerveiller même s’ils sont responsabilisés depuis le plus jeune âge. Cela demande une énergie folle mais la récompense a été au delà de mes espérances : ressentir une joie permanente, voir ses efforts récompensés et surtout le sentiment d’être utile dans un projet qui fait sens. Je recommande à chacun de s’investir pour pouvoir vivre une telle expérience, riche en humanité qui nous rappelle une valeur essentielle : celle du partage. »

Elise,
bénévole en mai 2019

« J’ai passé un mois au sein de l’association Au-Delà Les Rizières, c’était une expérience extraordinaire et authentique. Les enfants sont attachants, joyeux, leurs sourires restera à jamais gravé dans mes souvenirs. »

Marie,
bénévole en
avril 2019

« L’an dernier, lors d’un voyage de 6 mois, à la découverte de l’Asie et au service des plus démunis, j’ai eu la chance et l’immense joie de passer deux mois à Kep, au Cambodge, et plus précisément dans le centre « Au-Delà Les Rizières », à O’Krassar, un village de Kep, autour d’un grand lac. Là-bas c’est l’école de la joie. Rires, farces, sourires, rien n’arrête l’enthousiasme de ces joyeux enfants. Le lieu de l’école a été mon coup de cœur du Cambodge. Un petit havre de paix, au cœur des rizières. A l’horizon, des montagnes arborées, une étroite route de terre rouge contournant ce grand lac, duquel surgissent quelques îlots surmontés de palmiers, autour de nous, des maisons de taule perchées sur leurs pilotis, des vaches broutant calmement toute la journée durant, des chiens montant la garde sur leur territoire, des poulets sautillant par ci par là sur les chemins élevés des rizières… Du bleu, du rouge, du vert, il ne manque pas de couleur pour embellir ce paysage. La vie ne manque pas non plus, entre les animaux, les passages de motos, les enfants qui sautent, courent, nagent…! Les enfants vivants dans ce village sont particulièrement et remarquablement autonomes. On ne les voit que très rarement en compagnie de leurs parents, et ce dès leur plus jeune âge. Cela m’a vraiment frappée. Quand nous arrivions en début d’après-midi, il était courant que les enfants soient tous dans le lac, en train de nager, de jouer, de s’éclabousser, en nous attendant, sans aucun adulte dans les parages, bien qu’il y ait des enfants de 3/4 ans. Chacun s’occupe de lui-même et pour les plus grands, de leurs petits frères et sœurs. Et cela se passe étrangement bien… Bien mieux qu’au bord d’une piscine familiale française en tout cas… Certains enfants ne savent d’ailleurs pas nager mais ils barbotent comme ils peuvent et en sont très contents. Pas besoin d’hurler pour les appeler, et les faire sortir de l’eau. A peine notre scooter arrivé devant l’école, en face du lac, que nous sommes entourées d’une dizaine d’enfants, nous saluant. « Hello teacher ! » « Hello teacher ! » Comme c’est accueillant …! Les plus rapides réussiront à attraper les clefs de l’école, à leur plus grand bonheur. Et pas moins de 5 minutes plus tard, alors que le terrain de l’école était calme et vide, que tout le matériel dormait paisiblement depuis la veille dans la maison sur pilotis, voilà que chaises et tables se mettent à valser dans les bras des enfants, petits et grands confondus. Ces derniers, n’hésitant pas à porter 3 chaises dans une main, des pots de crayons dans l’autre, et une table sur la tête…Tout cela en descendant un raide escalier sans rambarde… Quelle débrouillardise …! Les après-midis à l’école étaient rythmées par différentes activités, et plutôt variées. Dessins, bricolage, coloriage, jeux de sociétés, jeux d’extérieurs, sport, chasse au trésor, jeux collectifs… L’équipe d’animateurs ne manquait pas d’idée pour amuser les enfants. Puis, bien sûr, les cours d’anglais, organisés en deux groupes d’âge. C’est admirable de se dire, que personne n’oblige ces enfants à assister aux cours, mais qu’ils sont toujours demandeurs et ne perdent pas une seconde pour s’installer au plus près du professeur. Ce furent des moments très vivants, plein de joie, de tendresse, de rire, et de partage…! Très fatigant certes, mais si plaisant. Ces enfants nous apprennent à vivre le moment présent à fond, sans se soucier de l’avenir. Ils m’ont aidée à me donner au maximum, et à en goûter le bonheur ! Tous nous ont également comblées de tendresse et d’affection, par leurs innombrables câlins, leurs baisers et leurs dessins. Je n’oublierai jamais ce séjour à Kep qui m’a beaucoup marquée. J’ai apprécié les liens tissés avec les Khmers de notre entourage, que ce soit avec le voisinage, avec les commerçants et avec les gens de la rue qui nous ont toujours porté de l’aide généreusement quand nous en avions besoin. La bienveillance, la simplicité et l’accueil des Khmers m’ont touchée. On se sent toujours le bienvenu partout où l’on va. Je ne me suis jamais sentie de trop dans un endroit, même si ma venue était imprévue. Je me suis toujours sentie accueillie à bras ouvert, et à cœur ouvert. J’ai apprécié leur façon de vivre, toujours en communauté, en groupe, en famille, entre amis, mais jamais seul. Ils ont le sens de l’autre, ils font preuve d’une grande bienveillance envers ceux qui les entourent. Le sourire des Khmers a illuminé mes journées. Quel plaisir de voir tant de sourires, sur ces visages plus ou moins ridés mais toujours bien bronzés. Cela va bien me manquer. Ces mois au Cambodge m’auront appris que l’on peut nouer des liens forts malgré une barrière de la langue qui apparaissait au début difficilement franchissable. Nos amitiés se sont forgées sur des choses bien plus simples et essentielles, ce qui les a rendues d’autant plus belles. Il y a mille manières de communiquer, et d’ainsi nouer des liens fraternels. Par les moments partagés, par les sourires, par les jeux, par les rires, par les gestes, par la tendresse, par la présence quotidienne, par les services rendus, par la bienveillance…. Pas besoin de parler avec sa bouche, seulement avec son cœur. »

Aurélie,
bénévole en
avril 2019

« O’Krassar est un petit village situé au Sud-Est du Cambodge, non loin de la ville de Kep. Il est aussi le lieu où j’ai réalisé un stage de deux mois dans le cadre de ma troisième année de formation d’éducatrice spécialisée. Dans ce village, habitent les enfants avec lesquels j’ai partagé deux mois de ma vie. Deux mois qui paraissent courts, mais qui sont chargés en émotions et que je n’oublierais jamais. O’krassar accueille un grand lac, source de vie pour les habitants du village qui boivent et se lavent avec cette eau. Les enfants avec qui j’ai partagé ces deux mois, ont l’habitude de se baigner dans ce lac. C’est comme ça que je les ai rencontrés pour la première fois. Quand nous arrivons à l’école en scooter, tout les enfants sortent de l’eau et courent vers nous, nous tapent dans les mains et nous font un câlin: « hello teacher !! ». Il est 14h, l’après-midi commence ! Au programme : jeux, rires et amusement à volonté ! Les enfants ont ce pouvoir de t’apprendre à apprécier chaque moment, même les plus simples de la vie. Ils sont tellement débrouillards et autonomes, qu’on en oublierait que c’est nous les adultes. Leurs parents doivent travailler dans les rizières, alors les enfants ont dû apprendre à se débrouiller seuls, mais ils n’en ont pas perdu leur âme d’enfant, autant que je me surprend à retrouver la mienne. Mes plus beaux souvenirs sont ces moments partagés avec eux. Le deuxième temps de l’après-midi à cet endroit que nous aimons appeler école est consacré à une activité créative, sportive ou de sensibilisation. Nous les préparons toujours à l’avance avec l’équipe que nous formions pendant les resto-réunions du lundi midi. Le jour où nous avons emmené 49 enfants à la mer pour la première fois restera dans les annales. Le transport fut assuré par un tuk-tuk géant et l’encadrement par nous-même en scooter (non, on pourrait pas faire ça en France). L’émerveillement dans les yeux des enfants souillant le sable en valait vraiment la peine ! Le troisième temps de l’après-midi : les cours de langue divisé en deux groupes de niveau : les Tom-Tom (grands) et les Touille-Touille (petits). L’école étant payante l’après-midi, de nombreuses familles n’ont pas la chance de pouvoir payer les cours pour leurs enfants. C’est le moment où les enfants, soucieux et désireux d’apprendre se bousculent pour pouvoir être au plus près du tableau. J’ai également eu le plaisir de voir les adultes du village venir prendre part au cours d’anglais. À O’Krassar, les journées se finissent bien souvent en baignade collective dans le lac en attendant d’observer le plus beau spectacle que la nature puisse offrir: le coucher de soleil ! Parce que se baigner avec les « teacher » c’est bien plus marrant ! Après ça les enfants, chacun à leur tour, viennent nous taper dans les mains : « teacher can I go in my home? ». Certain nous souhaiterons « good luck! » car les Khmers accordent beaucoup d’importance à la chance. Les plus grands rentreront chez eux en vélo, et les plus petits à pied. Il est 18h30, l’heure de quitter ce merveilleux endroit. Cet endroit où j’ai rencontré des personnes merveilleuses, généreuses et toujours prêtes à te tendre la main. Ces personnes pleine d’hospitalité, qui sont toujours heureuses de t’accueillir chez elles, de te donner à boire et à manger. Ces personnes qui se soucient de ta santé, de ton bien-être même si elles ne te connaissent pas. Ces personnes qui profitent de ce qu’elles ont sans regretter ce qu’elles n’ont pas. Ces personnes dotées d’une joie de vivre acharnée qui m’a donné envie de soulever des montagnes ! Alors merci O’Krassar, ce petit village avec de grandes personnes. »

Claire,
bénévole en
janvier 2019

« J’ai effectué un bénévolat dans le centre Au-Delà Les Rizières en janvier 2019. Ça a été une expérience incroyable au début d’un road-trip de 6 mois en Asie. Le centre se trouve à O’Krassar à quelques dizaines de minutes de Kep en scooter. On entre dans un village bordé par un grand lac avec des habitants adorables et des enfants très attachants ! Petite pensée pour Rotana qui faisait toujours des bêtises (méfiez-vous s’il ramène quelque chose dans son dos…). Les enfants étaient toujours impatients d’arriver au centre, de jouer et d’apprendre des choses. Quand nous arrivions, ils étaient souvent déjà là à nous attendre. Le centre a été refait depuis mon passage, et il y a désormais une structure en dur, des sanitaires, etc. mais l’ancienne maison avait un charme et une authenticité qui a fait que le travail là-bas était génial ! Les visites des vaches du voisinage étaient fréquentes et il y avait une vue du coucher de soleil imprenable depuis le centre. Bref, un cadre fou et une expérience tellement enrichissante ! Une journée-type commençait vers 14h avec l’accueil des enfants avec des coloriages et des jeux, puis la dame du goûter passait avec son vélo et les leçons commençaient alors : initiation à l’anglais pour tous, en chanson, en image et en jeux ! Après les leçons, nous refaisions des jeux jusqu’au coucher du soleil et le départ des enfants. Quel plaisir c’était d’être pieds nus tout l’après-midi dans l’herbe à courir avec les enfants. Ça restera un superbe souvenir de mon voyage, et si un jour j’ai l’opportunité de retourner au Cambodge, je ferai un tour dans le centre avec grand plaisir ! »

Alexia,
bénévole en
janvier 2019

« Pour me présenter rapidement, je m’appelle Alexia, j’ai 23 ans et je suis en Master Pilotage de projets éducatifs à l’international. J’ai effectué un volontariat au sein de l’association Au-Delà Les Rizières en janvier 2019 soit 5 mois après sa création !… Et bien que j’écrive ce témoignage plus d’un an après mon expérience, les souvenirs que j’en garde resteront ancrés pour encore longtemps dans un coin de ma tête. Le centre était donc récent, et pourtant une cinquantaine de jeunes nous attendaient quotidiennement devant l’école pour participer aux activités de la semaine. C’était une expérience incroyable que de proposer des cours d’anglais de différents niveaux, lancer des activités ludiques et sportives avec eux et leur faire découvrir des ateliers manuels mais également des actions de sensibilisation aux enfants souhaitant y participer. Contribuer à tout ça a été une expérience enrichissante sur laquelle il est difficile de mettre des mots … J’étais venue pour transmettre quelque chose, enseigner l’anglais et proposer des activités à ces enfants, je suis repartie avec la sensation que c’est eux qui m’en ont surtout beaucoup appris. Riche d’enseignement, ce volontariat est une véritable occasion de donner de sa personne dans un projet de solidarité tourné vers l’éducation pour tous, dans une dimension internationale. »

Louis-Malou,
bénévole en
décembre 2018

« J’ai passé quelques jours dans le centre auprès d’Aurélie, afin de l’accompagner pendant la période de fin d’année. Les enfants étaient très heureux de recevoir un cadeau pour Noël et rien n’est plus communicatif que la joie de l’ensemble des enfants présent dans le centre. Cette expérience à été super enrichissante tout autant sur le point humain que culturel. »

Valentine,
bénévole en
décembre 2018

« Deux mots : expérience inoubliable. J’ai été au centre durant la période de fin d’année (Noël-nouvel an), c’était vraiment génial car grâce aux dons les enfants avaient pu avoir des cadeaux. Le centre dispose de jeux, de livres, de crayons afin de divertir les enfants qui sont eux remplis d’énergie. Ils sont très investis et les bénévoles sont eux très créatifs, il y a plein d’idées originales qui ont été mises en place pour favoriser l’apprentissage auprès des enfants, bravo! Mes coups de cœur: les batailles d’eaux, le sourire des enfants et le peps des bénévoles! »

Zineb,
bénévole en
décembre 2018

« Décembre 2018, nous rencontrons Aurelie, responsable de la structure qui accueille tous les après midi à 40 minutes de Kep un groupe d’enfants pour faire avec eux une multitude d’activités. Partant pour animer une après midi avec les enfants, nous sommes un groupe de 4 personnes pour faire des jeux appris quand nous étions petit´; le béret, des sapins de noels en peinture, des étoiles, de la danse…. Nous arrivons sur les lieux magiques, un environnement verdoyant, en pleine nature. Et un groupe d’enfants aux ages différents très heureux de se retrouver dans ces lieux avec d’Aurélie. Tout est fluide, tout le monde à envie d’apprendre, de découvrir … On s’est nourrit en quelques heures de positivisme, de sourire et de chaleur. Ce lieu accorde toute son importance à l’accueil des jeunes qui peuvent dévoiler leur capacités artistiques, leurs soif de découverte, et un partage sans nom entre eux. J’ai été impressionné par le tempérament dynamique d’Aurélie qui 5 fois par semaine venait leur donner des cours d’anglais, faire des activités artistiques, des jeux, de la langue … Et en retour un amour inconditionnel des jeunes pour elle. Cette richesse du Cambodge, nous l’avons gouter dans son petit bout de terre. »

Marine,
bénévole en
octobre 2018

« Je n’oublierai jamais cette expérience humaine extraordinaire et pour le moins inattendue dont j’ai eu la chance de faire partie en octobre 2018. C’est avec mon ami Gary, lors d’une virée improvisée en tuk-tuk dans le village d’O’Krassar, village natal de notre guide (puis ami Sophorn), que nous avons rencontré en plein milieu d’un chemin de terre, (son amie) Aurélie Gayod rentrant chez elle. Faisant connaissance, Aurélie nous présentât ensuite son projet de création d’un centre : Au-Delà Les Rizières. Le bon feeling étant unanime, nous avons rejoint les enfants du village pour un joyeux moment de baignade après la classe. Ce fut ce coup de foudre avec les enfants, Aurélie et le projet qui nous aura convaincu de rester en tant que bénévoles pour participer à cette belle aventure. L’école a cette époque, était une petite pièce sur pilotis, avec peu de matériel et pas d’électricité, mais croyez moi, voir les enfants y courir chaque jours, le sourire aux lèvres, avec cette envie folle de passer la porte pour ensuite hurler de joie était à la fois incroyablement fou, beau et motivant. Ces enfants débrouillards ont une soif d’apprendre que j’ai rarement vue, et vous passerez d’excellent moments avec eux, tant pendant la classe qu’au moment des activités jeux qui vous scotcheront un sourire aux lèvres pendant des années. Je prévois d’y retourner dès que possible et je vous conseille de tenter cette expérience qui sera infiniment bénéfique pour les enfants et pour vous. »

Gary,
bénévole en
octobre 2018

« Une expérience unique et enrichissante partagé avec des enfants au cœur d’or ainsi qu’une directrice formidable (Aurélie). L’enseignement, l’amour et richesse personnel sont les maîtres mots dans ce petit havre de paix qu’est Au-Delà Les Rizières. »

Aleksandra,
bénévole en
septembre 2018

« I was participating in the Au-Delà Les Rizières – O Krassar project in 2019. It was 2 amazing and really knowledgeable weeks. I was working as a volunteer-teacher. Every working day me and the coordinator of the project were driving to a little village, to a tiny, traditional-build house in the middle of rice fields. It was an unusual experience to be with Cambodian kids, to play, teach and learn from each other. During this time, I experienced joy and happiness of kids who have the possibility to learn and meet with someone from totally different culture and with a different appearance. Sometimes it was hard, especially when you don’t use the same language, letters and associations, and when you experienced cultural differences and try to figure out how can you teach them English and respect their culture without interfering with it. I’m grateful for this opportunity to be with all those young people. To see their stubbornness to learn and communicate with us. If you like being with people, if you are interested in knowing other languages and cultures, if the hot weather is not a problem for you it might be a good and knowledgeable experience also for you. In theory you go there to teach English, but in reality it seems to me that you will learn a lot more during volunteering than you can ever expect.

Oliver,
bénévole en
juin 2018

« Cambodia and the teaching experience there helped me grow as a person. What I remember most about my teaching experience in Cambodia is the sense of community. The people of Cambodia are warm, welcoming, and genuine. Stepping out of comfort zone and back to rare basics can be quite daring. Teaching out in nature environment without structured curriculums are challenging but we make up by being creative in teaching format and trying new ideas to engage the students. The atmosphere in Au-Delà Les Rizières – O Krassar is educational, social and energetic. This school is a little heaven, a place where people want to help and improve the situation of the students. The students study hard and they are very motivated in their learning and were extremely respectful and looked up to us … their teachers. Our break gave us the opportunity to explore the country and we had a great time learning about the history of the place and enjoying its natural beauty. »

Shannen,
bénévole en
juin 2018

« My 2018 volunteer teacher journey at Au-Delà Les Rizières – O Krassar was an eye opening experience surrounded by nature’s finest beauty and the most keen and excited children with strong ardent interest to learn from their immediate environment of grasslands, farm animals, rice paddy fields, as well as from their teachers. The most memorable structure which stuck in my mind till today is the school’s humble double storey timber hut where the children would obediently climb up the wooden steps to fetch the school furniture in the form of colourful plastic tables and chairs which they effortlessly carried down to the open grass field to assemble themselves quickly transforming their playground into a nature cladded outdoor classroom. Volunteering alongside my fiancé, I taught my favourite subject Art by borrowing materials from nature and watercolours, crayons, papers and glues from my art studio which I packed along for the trip. During the art classes, I taught the children how to incorporate elements of self-awareness and nature into their art making. I felt a sense of accomplishment and satisfaction when I saw the children so engrossed in their art creation individually and as a group. When they called out to me altogether, « Teacher! Teacher! See! » while flagging their artwork in the air to gain my immediate attention, their eagerness to learn and self-express quickly overshadowed their initial shyness towards me. As I witnessed the children’s confidence built up over the course of the week long programme through sharing the art materials and showing off their artwork with one another without hesitation, this brought tears to my eyes and touched my heart profoundly. I am grateful to Aurélie for her dedicated help in coordinating our teaching programme and having us volunteer in the company of these magnificent children. Last but not least, greatly appreciate her warm hospitality in fetching us to and from the school daily as we enjoyed and cherished every moment of our volunteer teaching opportunity in Cambodia. »